Echographie du troisième trimestre de grossesse : préparer l’accouchement

Article écrit par Dr Dragana Angelov Isak, gynécologue obstétricien au Centre Hospitalier d’Aubagne Edmond Garcin

 

L’échographie de grossesse du troisième trimestre permet d’évaluer les différentes structures fœtales notamment au niveau du cerveau. Une réévaluation de la croissance fœtale est également réalisée à l’aide d’une nouvelle biométrie.

En plus de vos consultations mensuelles de suivi de votre grossesse vous avez déjà passé les deux premières échographies proposées pour un suivi optimal : celle du premier trimestre, dite échographie de datation (avec mesure de clarté nucale, analyse de risque de trisomie etc), et celle du deuxième trimestre, dite échographie morphologique, pour une étude détaillée de la morphologie du fœtus, sa biométrie et analyse de l’environnement foetal. Vous avez été rassurée par l’absence des malformations détectables, et par une bonne croissance de votre futur enfant.

Vous vous demandez ce que la troisième échographie, dont le rdv vous a été donné entre la 31ème et la 33ème semaine de grossesse, peut vous apporter sur un suivi de grossesse déjà très régulier, à part le grand plaisir de revoir votre futur bébé sur l’écran et avoir la confirmation de son sexe.

Cet examen médical apporte en fait beaucoup pour la préparation à la naissance !

Comment se déroule l’échographie 32 SA ?

Vous vous présentez à votre rdv sans préparation particulière. Pour rappel, vous n’avez pas besoin d’avoir la vessie pleine ni d’être à jeun et vous n’avez pas mis votre crème anti-vergetures depuis quelques jours. L’image échographique sera bien meilleure.

L’échographiste trouve votre ancien dossier médical et fait afficher tous les paramètres sur l’écran d’échographie, surtout l’âge gestationnel. L’imagerie est réalisée principalement par une sonde bi dimensionnelle. L’échographie 3D apporte peu d’informations à cet âge de grossesse à cause d’une diminution physiologique de la quantité du liquide amniotique et une moindre résolution de l’image.

En cas de contractions utérines, une échographie vaginale permettant la mesure de la longueur du col peut être réalisée. Cela apporte une information importante sur le risque d’accouchement prématuré.

Premier balayage

Le premier balayage après l’application du gel concerne toujours la vérification de la présentation et de la vitalité du fœtus. On vérifie également que le rythme cardiaque soit régulier. Très souvent, vous souhaitez la confirmation du sexe du bébé. C’est toujours très volontiers que l’échographiste cherche à vous montrer une fois de plus votre petite fille ou petit garçon en espérant que l’image soit aussi nette à cet âge gestationnel qu’à 22 SA malgré le liquide moins abondant et les quelques kilos en plus.

La position de la tête et orientation du dos sont bien observés : la présentation tête en bas est la plus fréquente. En cas de position transversale ou présentation du siège, le contrôle est proposé à 36 SA. En attendant ce contrôle vous pouvez essayer la posture du « pont indien » 20 minutes matin et soir pour faciliter le changement de présentation de votre futur bébé.

La suite de l’examen ressemble beaucoup à votre deuxième échographie et vous bénéficiez de la revue en temps réel des coupes que vous reconnaissez depuis la dernière échographie.

Analyse morphologique

L’échographiste vous réexplique la démarche, commente les coupes de référence et prend toutes les mesures de base pour évaluation de la croissance fœtale : le diamètre et le périmètre crânien, le périmètre abdominal et la longueur du fémur. Il étudie à nouveau toute la morphologie du fœtus, en particulier la morphologie du cerveau qui à cet âge de grossesse présente des signes typiques de la maturation cérébrale (bon marqueur de cet âge gestationnel pour la datation des grossesses de découverte tardive notamment dans la situation d’un déni de grossesse). Il regarde aussi attentivement le cœur, les reins et les intestins.

Comme à l’échographie du deuxième trimestre, la moindre suspicion d’anomalie fœtale nécessite un deuxième avis au centre de diagnostic prénatal d’un CHU.

Certaines pathologies apparaissent tardivement comme la dilatation des voies urinaires, souvent sans gravité ou une pathologie des valves du cœur. Dans ces cas, vous êtes réorientée vers un spécialiste (comme un pédiatre urologue ou un échographiste cardio-pédiatre) et de nouveaux contrôles peuvent être prévus.

Poids du futur nouveau-né

Concernant la biométrie, les mesures prises sont reportées sur le compte rendu et les courbes de croissance. Elles permettent l’estimation du poids fœtal sachant qu’il y a une marge d’erreur de plus ou moins 10% par rapport au poids réel du futur enfant.

Dans la situation d’un fœtus de petit poids pour l’âge de grossesse, le Doppler (technologie permettant de différencier les flux sanguins s’éloignant ou se rapprochant de la sonde) ombilical, cérébral et utérin apportent des informations précieuses concernant la vitalité du fœtus. Des examens complémentaires sont également nécessaires pour chercher les causes de ce faible poids : prise de sang, analyse des urines, contrôle de la tension artérielle. Le suivi par une sage-femme à votre domicile ou en cabinet est programmé : monitoring du rythme cardiaque, suivi de votre tension artérielle, contrôle des examens biologiques.

Analyse de l’environnement fœtal

La suite de cette échographie du 3ème trimestre est orientée vers l’observation de l’environnement fœtal. C’est d’abord une appréciation visuelle de la quantité du liquide amniotique. A cet âge de grossesse elle est physiologiquement moins importante qu’au deuxième trimestre. La mesure de la plus grande citerne, la poche la plus profonde, ou de l’index amniotique ne se fait qu’en cas de suspicion d’augmentation du liquide (hydramnios) ou diminution (oligo-amnios). Dans ce dernier cas l’échographie-doppler ombilical, cérébral et utérin sont réalisés et apportent des éléments importants concernant le bien-être fœtal.

Etant donné que la position du cordon ombilical est variable, il n’est pas possible de dépister la position éventuelle du cordon autour du coup du bébé. Le circulaire du cordon est assez fréquent et ne gêne pas forcément la naissance physiologique.

Ensuite, nous passons à l’appréciation de l’aspect du placenta à la recherche des signes de sa maturation accélérée éventuelle comme l’apparition de signes de calcification. L’échographiste vérifie les échanges entre vous et le fœtus par Doppler ombilical et vous propose le suivi de votre grossesse le mieux adapté.

L’insertion placentaire est attentivement réévaluée, notamment en cas d’un placenta bas inséré ou recouvrant, et signalée dans le compte rendu de l’échographie précédente. L’échographiste vous explique l’importance de cette réévaluation pour la suite de votre grossesse. Le placenta bas inséré ou recouvrant représente un risque d’hémorragie à tout moment de la grossesse, notamment en présence des contractions utérines. Il sera recontrôlé sur une nouvelle échographie vers 36 SA. C’est un des éléments décisifs concernant le mode d’accouchement qui vous sera ensuite proposé. Le placenta très près du col ou recouvrant est synonyme de césarienne programmée.

Tous ces éléments recherchés au cours de cette examen (et les décisions prises en conséquence) font toute l’importance de cette échographie dans le suivi de votre grossesse.

La grossesse gémellaire est le cas particulier ou le suivi échographique est mensuel. Le petit poids des jumeaux ou la différence importante entre les deux, demande un suivi plus rapproché ou une prise en charge dans une maternité du niveau 2 ou 3.

echographie du 3eme trimestre

Le compte rendu

Sur le compte rendu figurent la date du début de grossesse et l’âge gestationnel en nombre de semaines d’aménorrhée. Toutes les mesures prises au cours de l’échographie : BIP, PC, PA et LF sont reportées en millimètres et percentiles par rapport à l’âge de la grossesse et figurent sur les différentes courbes de croissance. L’appareil calcule l’estimation du poids fœtal qui apparaît sur la courbe à part.

Il se peut que l’échographiste vous demande votre taille et poids afin de personnaliser la courbe de croissance de votre futur enfant sur le modèle de la courbe EPOPE (modèle statistique permettant de personnaliser la courbe de croissance) dans le cas de mensurations se situant en-dessous du 3ème percentile. Il peut s'agir d'un fœtus de petit poids pour l'âge gestationnel ou présentant les premiers signes d'un retard de croissance (RCIU). Dans les deux cas, de nouvelles échographies de croissance et Doppler, bilan biologique et suivi par monitoring seront programmées dans un intervalle de 10 à 15 jours.

Le fœtus dont les mensurations se situent au-dessus des valeurs du 97ème percentile peut avoir un poids à la naissance supérieur à 4000 gr. On parle alors de risque de macrosomie fœtale. Cela aura un impact sur le mode d’accouchement. Une nouvelle échographie de contrôle de croissance est alors proposée vers 36 SA. Dans ce cas-là il est également recommandé de chercher un éventuel diabète gestationnel par le test d’hyperglycémie provoquée (HGPO).

Pour mieux comprendre la proposition des examens répétés il faut savoir que la croissance du futur bébé est considérée comme « normale » si son poids estimé se situe entre le 3ème et le 97ème percentile de la courbe. C’est le cas de 94% de la population générale et dans ce cas-là, concernant la croissance fœtale, la troisième échographie peut être la dernière échographie proposée.

Si vous faites partie des 6% des futurs-parents dont le bébé « ne suit pas cette règle », l’équipe médicale pluridisciplinaire est là pour surveiller attentivement, sur le plan clinique et sur le plan échographique, l’évolution de votre bébé. Votre accouchement pourra ainsi se passer dans les meilleures conditions possibles.